Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
Alain ROSELLO
2 mai 2021
L'écologie et le sport 

L'écologie et le sport 

L'écologie concerne désormais (presque) tous les secteurs et le sport n'est pas en reste.

Un label vient d'ailleurs d'être créé par un ancien sportif professionnel.

https://www.franceinter.fr/emissions/social-lab/social-lab-20-decembre-2020

Après tout le sport, ça concerne tout le monde, on parle aussi beaucoup d’éducation dans le sport, ça fait du bien à la tête et aux muscles, ça pollue, mais ça peut aussi être un vecteur pour sensibiliser, il était donc temps qu’on en parle !

D’ailleurs, on voit fleurir de plus en plus d’initiatives dans le sport pour aller dans le sens du durable. Mais chacun y va en fonction de ses ambitions, ses moyens bien sûr, c’est pour cela que la création d’un label dédié au secteur sportif est intéressante et elle n’arrive pas par hasard, car c’est un ancien sportif de haut niveau qui en est le créateur : Julien Pierre est ancien 2ème ligne international de rugby à XV.

Un label pour un secteur en mouvement

Certifier l’engagement durable des clubs ou des événements sportifs. Fair play for planet part d’un constat et de quelques chiffres, en voici deux qui devraient suffire :

10 millions. C’est le nombre de balles de tennis jetées chaque année en France.

2,5 tonnes. C’est le volume de déchets généré par une manifestation sportive de 5 000 personnes.

Et puis, au-delà des chiffres, il y a la tendance : les clubs et événements sportifs ne sont pas épargnés par une attente de plus en plus pressante des publics d’aller dans le sens de la transition écologique. Les enjeux sont bien là : concrets et stratégiques. Et ce label propose justement d’attester de la réalité des engagements des acteurs du sport.

Un cahier des charges exigeant

Les clubs ou organisateurs d’événéments qui souhaitent obtenir le label sont soumis à un audit basé sur pas moins de 200 questions autour de leurs pratiques dans les transports, l’alimentation, l’énergie, les déchets ou encore le numérique. Un cahier des charges rédigé en coopération avec l’ADEME (Agence de la transition écologique) pour contrôler par exemple si le club ou l’événement sportif a prévu de favoriser les supporters qui se déplacent par train ou covoiturage. Sur les pelouses des stades : il s’agit de savoir quelles sont les modalités d’entretien : présence ou non de pesticides, quelle est la source d’arrosage. Ou encore, le label demandera si le club organise ou pas chaque année une vente de matériel pour favoriser le réemploi.

  • En pratique je pense que ce seront plutôt les clubs et événements professionnels qui seront intéressés, mais pas impossible que cela se démocratise même si Julien Pierre le sait, il va falloir lever certaines résistances sur l’engagement environnemental lui-même.
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
logo
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.